dimanche 17 février 2008

Dossier Monde 2 - Compléments

WatchOn ne peut qu'être d'accord avec Frédéric Potet, dans son article paru sans Le Monde 2, sur la piètre qualité des productions de livres en version électronique et les contraintes imposées aux lecteurs par les modèles de protection et de distribution existants.
L'encre électronique, les consoles et autres ordinateurs méritent mieux: de belles créations et réalisations, et des modèles économiques et technologiques judicieux. Les plate-formes innovantes comme celles d'Amazon, de Ganaxa, de Sony, de Jinke, de StareRead ou de Nitendo, pour ne citer qu'elles, le permettent en tout ou partie. On peut regretter que leurs applications et usages soient rarement analysés et présentés.
C'est le fait d'une réalité toute simple: L'alchimie du livre électronique n'est pas encore réalisée, et elle ne passera ni par une pâle imitation des livres classiques, ni par un spectaculaire phénomène instantané à la iPod.

11 commentaires:

Aldus a dit…

Dossier très décevant par ailleurs, rien sur l'expérience des Echos (la seule pour l'instant d'un média professionnel, et le Monde dans le débat?), rien sur le Kindle (le Monde n'a pas de correspondants Outre-Atlantique, Francis Pisani blog au Monde, non?), en revanche mêmes poncifs habituels sensualité du papier blablabla... Pour la "Grande Enquête" du Monde 2, on repassera...

Bruno Rives a dit…

Il est le reflet d'une certaine réalité, néanmoins, celle des fournisseurs d'électronique qui essaient de nous faire croire que c'est arrivé.
Mais le monde du livre est d'une telle richesse, demande une telle excellence, que cela nécessite des outils et des approches d'orfèvre.
J'ai accompagné la préparation de l'encyclopédie Tous les Styles, qui va bientôt sortir. Ce sont des mois de travail pour tenter d'approcher la qualité du livre et apporter les fonctionnalités que l'encre électronique permet.

PFG a dit…

Rien ne presse, attendons la mise au point finale du vrai livrel digne de la Révolution Gutenberg. Les versions transitoires ne regardent pas le lecteur.

mafournier a dit…

Eh bien pourquoi ne pas les analyser ces fameuses plate-formes ? N'est-ce pas l'objectif d'un observatoire ?

Bruno Rives a dit…

Mais ces plates-formes sont parfaitement analysées et présentées soit lors de sessions de l'observatoire Tebaldo, soit en intra entreprises dans le cadre de projets éditoriaux ou d'usages. Mais comme elles sont très évolutives, (Digital Edition sur e-paper est à peine sorti, et celle de Ganaxa est complété au fur et à mesure des spécifications des projets de ses clients, j'imagine qu'il est est de même chez iRex ou Nuut, par exemple), il est difficile de les décrire dans un ouvrage ou sur l'Internet.

mafournier a dit…

Ben mince alors, internet ne permettrai pas de suivre une évolution ;-))
Pourquoi ne pas mettre en ligne après l'avoir vendue à vos clients une info qui permettrait de faire évoluer les acteurs de l'e-paper-éditions.On éviterait ainsi les papiers "désagréables" et vos commentaires navrés sur la qualité des e-productions. Pour ma part je tente de faire part de mes expériences sur le PRS505 ou l'écriture hypermédia (http://lesguidesmaf.fr) souhaitant les partager avec tous pour faire avancer les choses, un tout petit peu, n'ayant ni vos connaissances ni votre audience.

Bruno Rives a dit…

@ Mafournier
Je crois que ce serait bien qu'on fasse quelques vidéos ou photos de démonstration. Vous avez raison.

mafournier a dit…

Super

Eguillot a dit…

Bonjour,

Je souhaiterais vous faire part de l'initiative www.babelpocket.fr, montée par un collectif d'auteurs de SF, Fantasy et Fantastique, dans le cadre du développement des e-books.
Plus d'informations sur mon blog : http://stores.lulu.com/emmanuelguillot

Xavier a dit…

L'iPhone, spectaculaire phénomène instantané ... La société Apple a compris comment fabriquer et vendre des produits et services simples et agréables (design) correspondant à 90% des usages (les 10% restants conduiraient à des usines à gaz).

Attendons, de la part d'Apple ou d'autres sociétés "ayant compris", de futures générations de produits et services ...

Et quant aux faibles dimensions d'écran, de nombreux labos travaillent à des projecteurs miniaturisés (incorporables par ex. dans un PDA) permettant de projeter (sur un mur, etc.) des "écrans" avec beaucoup plus de pixels. Sans parler des travaux sur des lunettes spéciales etc. Si les labos arrivent à des solutions réellement confortables correspondant à différents usages ...

Un autre type de solution envisagé est de relier (wifi, etc.) le PDA (iPhone etc.) à "tout écran", avec, pourquoi pas, détection automatique des écrans disponibles autour de soi. Ce qui pourrait donner la scène suivante : Je monte dans un wagon de métro. Mon pass Navigo est un peu plus cher (1 euro /an) car il me permet d'accéder à des "services plus". Sur mon PDA (iPhone, etc.) est enregistré mon accès auxdits services. Je veux lire Mme Bovary sur un des dix (assez) grands écrans installés dans le wagon. Hop ! ça y est. Page 142. Je fais défiler les pages, j'annote, tout cela à partir des commandes du PDA. Le grand écran affiche aussi le titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur. Dans le wagon, d'autres possesseurs de PDA ont noté ce qui se passe sur l'écran. Certains choisissent d'écouter les pages (ou d'autres pages) en lecture vocale. D'autres passagers lisent en même temps que moi. Et ça discute, en même temps. Ça discute, ça échange, Flaubert, oui, mais, si, ah, oh, bien ... ! Passionnant, ces discussions.

Quoi, il y a de la pub sur ces écrans ? Flaubert Pro Super Premium Authentique Bovary Edition Familiale vous est proposé par Microsoft ? Hem ....

Bruno Rives a dit…

@Xavier
Prospective très intéressante. Donnez votre mail à l'occasion, votre profil Blogger est inaccessible.