samedi 26 janvier 2008

Encre électronique et évolution de l'écriture

WatchA l'occasion de la troisième et passionnante Bouquinosphère, le 18 janvier dernier à Paris, lors du débat "Ecrire avec l'Internet", il est apparu que l'encre électronique peut permettre d'étudier cette question essentielle de l'évolution de l'écriture sur les nouveaux supports reinscriptibles et interactifs.
L'auteur continuera-t-il à respecter les codes classiques, notions de page, de discours, de continuité, de construction pré établie, en intégrant à sa seule discrétion les possibilités qu'apporte le traitement numérique des contenus, ou ira-t-il vers le tout lien et le tout base de données, avec des références actualisées en permanence?
La tendance sur le livre électronique est à l'exploitation des possibilités du média, contenus à plusieurs niveaux de lecture, entrées multiples, accès à des contributions externes, voire à la disparition de la notion de page au profit de blocs pré organisés ou assemblés par le lecteur. Mais avec une approche toujours contrôlée par l'émetteur.
L'Internet bouleverse les choses. Des clés multiples vers des contributions, des auteurs, et des contenus changeants, et des bifurcations permanentes choisies par le lecteur.
D'un coté une écriture contrainte héritée du support classique, de l'autre des modes d'expression extrêmement divers sur un média qui, n'autorisant pas la lecture analogue au papier classique, ne peut en proposer les règles.
Les premiers livres sur dispositifs à base d'encre électronique donneront le ton, mais en plus de s'adapter à ce nouveau média, l'écriture devra se libérer des normes et contraintes techniques, économiques, et marketing du livre classique.

1 commentaire:

mafournier a dit…

Bonjour/Bonsoir
J'aime assez vos nouveaux thèmes abordés ces derniers temps.Internet, ou papier électronique peu importe c'est la numérisation qui libère l'auteur, seul maître du contenu (quoique la contrainte technique reste pesante). Ce dernier étant évidemment bien plus important que le conteneur (quoique (bis) la contrainte économique fait loi.Un livrel couleur supportant la vidéo sera forcément plus cher). Pour ma part, désolé pour cette personnalisation du sujet, l'hypermédia me semble la voie la plus intéressante, voir mon papier sur Agoravox "d'une écriture hypermédia". Mais comme il n'existe pas une seule voie pour atteindre le sommet, d'autres auteurs emprunteront d'autres voies.Tant mieux.