vendredi 3 novembre 2006

Duc d'Urbino et e-reader

watchLe Duc d'Urbino, propriétaire de l'une des plus riches bibliothèques de la Renaissance, déclarait en 1480 que l'imprimerie ne marcherait pas car les livres enluminés étaient autrement plus beaux que les ouvrages imprimés. Il se mit de nouveau à embaucher des copistes par dizaines. Trente ans après, son fils possédait la plus grande collection de livres imprimés. Entre-temps était apparu le livre transportable, commode, et avec lui des contenus d'une extrême richesse et des éditions en plusieurs langues, dont le vernaculaire réservé à l'oral jusqu'alors.
L'Internet foisonne ces temps-ci de Ducs d'Urbino qui jugent les e-readers moins attirants que les supports traditionnels. Mais il ne faudra pas attendre trente ans! Après cette première vague, on trouve déjà lecteurs et leaders d'opinion à l'avis très positifs. Ils ont tout simplement lu un livre en oubliant qu'il s'agissait de papier électronique.
Et le meilleur est à venir, avec les autres dimensions de ce nouveau média: communication (la version des Echos que nous préparons), intelligence artificielle, nouvelles interfaces de lecture, et contenus rich média!

1 commentaire:

JLu Deparis a dit…

Voilà, parfaitement, oublier la machine, juste surfer le verbe, quitte à faire tâche d’encre à le dire avec passion à nouveau, en vulgaire lecteur ‘leadé’ de toute part et sans beaucoup d’opinion mais client lambda ou landais. Il faut avoir fait cette expérience du papier électronique à lire et noircir, l’avoir vécue, touchée, mirer et non plus moirer, du palpable enfin du... lu alors pourquoi s'en priver ?
Si pour le Sony je ne sais pas, pour l'Iliade d'İrex ce n'est que du bonheur oui du bonheur bien qu'encore perfectible et en évolution constante en dynamique car le, pardon 'les' softs de bases et ceux 'métiers' sont téléchargeables en ligne, et "wifi" svp ! pour être vraiment indépendant d'une lourde station PC ou MAC fixe ou transportable. Cette machine à lire et à annoter sans clavier mais au stylet, bientôt au mont-Blanc qui sait, ne cesse de progresser au fil des mois et rendre ainsi plus 'chaud' ce medium de l'écriture.
Et puis c'est ICI Maintenant et tout de suite, plus de 2000 livres disponibles et gratuits, d'auteurs dans notre langue qui ont fait leurs preuves. Et qui dit mieux, tous les titres oui ces 2000 titres sont embarcables d'un seul coup sur l'appareil et pour moins de 400 grammes tout compris (la/les cartes ou clefs USB au choix supplémentaires incluses) et surtout, surtout chacun réellement lisible, sans fatigue dans un format poche, pas pochette, proche du A5 , merci l'encre électronique, et lire par plaisir par tranche de 8 à 9 heures sans discontinuer avant de recharger, ça ne nous fait pas une bonne nuit blanche chez soi ou en train, en avion ? ben certes c'est encore bien éloigné des 21 heures promises sur les plaquettes. Mais il n'y a pas que le noble ouvrage, il y a aussi les textes de tous les jours, de travail, les vôtres, nos lettres, les photos noiretblanc encore, les graphiques en gris nuancés et oui même les partitions musicales sont déchiffrables et annotables et oui bien sur aussi des jeux vidéo façon mots-croisés, sudoku puisque e-writer aussi l'Irex est !
Alors... sans rire à quand une presse quotidienne pour un vrai journal dédié et des éditeurs qui jouent le jeu pour moins pleurer ? et des livres, des ouvrages édités à acheter à soi, à louer, à emprunter enfin des e-livres à lire, des e-livres à vivre, oui, oui ça donne envie d'e-acheter, de e-payer, au moins de e-contribuer, à la carte, à lire de nouveau des livres bons, et aussi mauvais comme dans le temps, par pulsion, par désirs de lire, grappillant à l'envie parmi tous les bouquins de sa, de ses bibliothèques chacun ouverts encore à la dernière page lue, dévorée.
Bon à 700€ d'aujourd'hui, car il faut ajouter au prix de base la/les housses selon usage et transport en sus, mais pour une telle bibliothèque ce n'est pas si cher, moins de 35 cents par livre ..
je me demande si le lecteur pardon l'e-read-writer ne pourrait être compris dans une offre, un peu téléphonée, d'abonnement de un,deux, voir trois ans à un quotidien, et pas uniquement ceux gratuits, ou à un éditeur ou a des clubs ?